Les modes d'exposition

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les modes d'exposition

Message par AlphapixJC le Sam 12 Déc - 11:13

Qu’est-ce que l’exposition ? 

L’exposition correspond à la quantité de lumière qui arrive sur le capteur.

Une photo « bien exposée » est une photo dont la luminosité est correcte par rapport à la scène photographiée.

L’exposition se définit sur la base de 3 critères :




  • L’ouverture du diaphragme.


  • La vitesse (ou le temps, ou la durée) d’exposition


  • La sensibilité du capteur (ou de la pellicule…)




 

Que sont les modes d’exposition ? 

Ce sont les différents modes de calcul de l’exposition par l’appareil photo et/ou le photographe. Ce calcul peut être fait :



  • complètement par l’appareil photo,


  • ou le photographe peut fixer certains paramètres et l’appareil calcule les autres,


  • ou le photographe peut décider de tout.




 

Bien comprendre les paramètres de l’exposition

 



  • L'ouverture : la taille de l’ouverture du diaphragme (le trou par lequel entre la lumière !). Elle s'exprime avec des valeurs du genre f/1.4, f2.8, f5.6...


    • Plus le nombre est faible, plus l’ouverture du diaphragme est grande, plus la lumière peut rentrer.

    • Plus le nombre est élevé, plus l’ouverture du diaphragme est petite, moins la lumière rentre.

    • Entre chaque valeur principale d’ouverture (f1.4, f2, f2.8, f4, f5.6, f8, f11, f16), il y a deux fois plus (ou deux fois moins) de lumière qui entre.










  • La vitesse : la durée pendant laquelle l’obturateur est ouvert, autrement dit la durée pendant laquelle le capteur est sensible à la lumière. Elle s’exprime en secondes ou en fraction de seconde comme 1s, ou 1/10e de seconde, ou 1/250e


    • Plus la vitesse est faible, plus la durée d’exposition est longue,  et plus la lumière peut rentrer.

    • Plus la vitesse est élevée, plus la durée d’exposition est courte,  et moins la lumière peut rentrer.

    • Chaque fois que l’on double la durée d’exposition, il y a deux fois plus de lumière qui entre (et inversement dans l’autre sens)










  • La sensibilité du capteur détermine la quantité de lumière nécessaire pour un même rendu. Elle s’exprime en ISO : 100, 200, … 3200…


    • Chaque capteur dispose de sa sensibilité de base (100, 160 ou 200 ISO généralement).

    • Chaque fois que l’on double la sensibilité, le capteur a besoin de deux fois moins de lumière. Cependant, pas de miracle, cette augmentation de la sensibilité se fait au détriment de la qualité de la photo qui va diminuer petit à petit (plus de « grain » sur la photo, couleurs moins belles, moins de dynamique…)







 Il y a donc une multitude de combinaisons possibles pour obtenir la même exposition :
 



  • f4.0 – 1/100e – 200 ISO = f2.8 – 1/200e – 200 ISO = f8 – 1/100e – 800 ISO…


  • f8 – 1/250e – 400 ISO = f4 – 1/500e – 200 ISO…




 



La comparaison classique :

Prendre une photo, cela revient à « remplir » de lumière le capteur de l’appareil.

Comparons cela à remplir un récipient d’eau :



  • L’ouverture correspond au débit de l’eau : plus vous ouvrez le robinet, plus l’eau coule vite.


  • La vitesse correspond à la durée pendant laquelle le robinet sera ouvert. Plus la vitesse est faible (durée longue), plus l’eau a le temps de couler


  • La sensibilité correspond à la taille de votre récipient à remplir. Plus la sensibilité est élevée, plus le récipient est petit, et moins il y a de lumière nécessaire.




 

 

Le calcul automatique de l’exposition par l’appareil photo

Avant d’expliquer les modes d’exposition, il est nécessaire d’expliquer comment l’appareil s’y prend pour calculer l’exposition d’une photo. J’explique ici dans les grandes lignes (ensuite chaque marque a défini des optimisations par rapport à ces grands principes).



  • L’appareil ne sait pas ce que vous prenez en photo !


  • L’appareil ne voit que des zones plus ou moins lumineuses


    • Une zone blanche est une zone à 100% de lumière

    • Une zone noire est une zone à 0% de lumière





  • L’appareil va calculer (selon une méthode qui peut varier) une moyenne de ces zones (Cf. note 1 en fin)




Comment va-t-il ajuster l’exposition ?
 



  • En comparant cette moyenne à une valeur de gris moyen qui est « censée » être universellement vraie quelle que soit la photo que vous prenez. Il s’agit d’un gris à 18% de lumière (bien mémoriser cela pour la suite !!!)


  • Donc, si son calcul avec son expo de départ arrive à une luminosité trop élevée, et bien il va jouer sur les paramètres (ouverture, vitesse) pour faire rentrer moins de lumière et arriver à ce gris moyen


  • Inversement, s’il trouve que la luminosité est trop faible, il va jouer sur les mêmes paramètres, en sens inverse, pour faire entrer plus de lumière et arriver encore au gris moyen.




 

Les modes d’exposition en détail

(Je parle ici des modes disponibles sur les réflex, hybrides et compacts dits « Experts »)

 

Dans un premier temps, nous allons nous consacrer uniquement au couple (ouverture/vitesse). Nous reparlerons de la sensibilité plus tard.



  • Le mode P. Dans ce mode, dit automatique, l’appareil calcule automatiquement l’ouverture ET la vitesse.


  • Le mode A (ou Av). Dans ce mode semi-automatique, le photographe fixe l’ouverture et l’appareil calcule la vitesse (pour l’exposition calculée par l’appareil). 


  • Le mode S (ou Tv). Dans ce mode semi-automatique, le photographe fixe la vitesse et l’appareil calcule l’ouverture (pour l’exposition calculée par l’appareil).




 Dans les deux modes semi-automatiques, c’est donc bien l’appareil qui calcule l’exposition de la photo. Simplement le photographe peut jouer sur le couple ouverture/vitesse choisi.



Est-ce qu’une photo prise dans un mode automatique ou semi-automatique sera toujours bien exposée ?

Et bien NON !!!
 



  • Parce que peut être que ce n’est pas possible (par exemple en mode A, vous avez fixé l’ouverture à f1.8 alors que vous prenez une photo en plein soleil, donc très lumineuse, et que l’appareil ne peut pas prendre une photo plus rapidement qu’au 1/4000e de seconde). Dans cas, généralement l’appareil fait clignoter les paramètres d’exposition pour vous signaler le problème.


  • Mais surtout, parce que cela dépend du sujet que vous photographiez !!!


    • Rappel : l’appareil ajuste l’expo pour se caler par rapport à une luminosité moyenne de 18%.

    • Imaginons que vous prenez en photo des montagnes toutes enneigées. La scène est très lumineuse. L’appareil s’en rend compte et va donc baisser l’exposition pour arriver à cette luminosité moyenne.

    • Résultat : votre neige va paraître grise, pas bien blanche.







 

La compensation d’exposition

La solution à ce problème s’appelle la « compensation d’exposition ».Elle est commandée sur votre appareil par le bouton qui ressemble à un carré séparé par une diagonale, un + d'un côté et un - de l'autre.



Elle se définit par des valeurs comme : +0,3, +1, -1. Elle s’exprime en EV (Exposure Value), une mesure d’exposition de la lumière. Chaque unité correspond à doublement de lumière. Par exemple +1EV veut dire « faire rentrer deux fois plus de lumière » ; ou -1, deux fois moins.

La compensation d’exposition est toujours manuelle. C’est au photographe de la définir pour indiquer à l’appareil : « dans ton calcul, je sais que la scène est lumineuse », donc fait rentrer 2 fois plus de lumière » - sur l’exemple de +1EV.

Cela fonctionne avec les modes P, A et S.

Dans l’exemple de la neige, il aurait donc fallu dire à l’appareil +1EV par exemple pour avoir un rendu plus lumineux de la neige.

Inversement, si l’on photographie quelque chose de très sombre, l’appareil va trouver que c’est sombre et va donc essayer de faire rentrer plus de lumière. Cependant, dans ces conditions, le rendu de la photo ne sera pas très réaliste. A vous de sous exposer de par exemple -1EV pour lui dire « c’est sombre, fait rentrer moins de lumière que la normale ».

 La compensation d’exposition est donc une façon de faire rentrer du manuel (la maîtrise du photographe) dans les modes P/A/S où le calcul de base de l’exposition est fait par l’appareil.



Comment bien utiliser la compensation d’expo, comment définir les bonnes valeurs ?



  • Avec la pratique, on prend l’habitude la « voir » la luminosité de la scène et de combien il faut sur ou sous exposer.


  • Sans cela, et bien, il faut s’entraîner, faire plusieurs essais… vérifier le résultat, recommencer.




 

Les autres modes d’exposition
 



  • -Le mode M.


    • Ce mode est le seul complètement manuel. Le photographe fixe les valeurs de l’ouverture et de la vitesse, c'est lui qui détermine manuellement l'exposition de la photo.

    • Il n’y a pas de compensation d’exposition (puisque l’appareil ne calcule rien). Par contre, généralement, l’appareil indique si  - selon lui, donc par rapport au gris moyen – la photo est bien, sur ou sous exposée, et de combien.





  • Le mode iA (ou tout autre nom Super Auto, Super Intelligent…) et les modes scènes (portrait, paysage, de nuit, architecture, macro…).


    • Ces modes-là sont réellement tout automatique, l’appareil fixe tout ce qui a été expliqué précédemment (il n’y a pas de sur/sous expo généralement).

    • Et l’appareil peut également jouer sur d’autres paramètres qui sont plus du post traitement comme le renforcement de la saturation de certaines couleurs, le niveau de contraste, etc.

    • Bref, vous ne maîtrisez rien. Cela n’empêche pas de pouvoir faire de belles photos, mais vous ne ferez pas de progrès !







 

La sensibilité ISO

Ce troisième paramètre se manipule de manière un peu indépendant des modes précédents.

Historiquement, la sensibilité était définie par la pellicule (donc pas un paramètre qui se configure sur l’appareil, et qui est fixé pour toutes les photos de la pellicule).

Avec le numérique, ce paramètre est modifiable pour chaque photo, plus facilement.

Il y a deux façons de définir la sensibilité ISO :



  • Manuellement :


    • Le photographe fixe une sensibilité et puis prends sa/ses photos dans cette sensibilité-là.

    • Il la modifie quand il le souhaite, quand les conditions changent.





  • ISO auto :


    • Le photographe fixe la sensibilité de base, la sensibilité maximale (selon les appareils)

    • Ensuite, le photographe ne s’en occupe plus, c’est l’appareil qui gère.

    • Par défaut, l’appareil se cale sur la sensibilité de base.

    • Puis, en fonction du mode (P, A, S) et de la photo, si les paramètres (ouverture/vitesse) ne permettent pas de prendre la photo, alors l’appareil augmente lui-même la sensibilité.







 Au final, quel mode choisir ?

Ce choix va dépendre d’une part du type de photo que vous faites, et d’autre part des habitudes que vous allez prendre.

Personnellement, je suis en mode A dans 75% des cas, en mode M dans 20% des cas et en mode S dans les 5% restant (et bien entendu, je joue avec la compensation d’exposition en mode A et S)

Pour commencer, voici les conseils classiques de choix de mode :



  • Mode P :


    • Quand vous ne voulez pas vous prendre la tête

    • Quand vous n’avez pas le temps

    • Quand vous ne vous sentez pas encore à l’aise







  • Mode A :


    • Quand vous faîtes du portrait (parce que vous voulez généralement fixer une grande ouverture pour flouter l’arrière-plan)

    • Quand vous faîtes du paysage/architecture (parce que vous voulez une petite ouverture pour être certain d’avoir une très grande profondeur de champ)

    • Quand vous faites de la photo de rue/reportage (pour être en hyperfocale)







  • Mode S :


    • Quand vous faites des photos de personnes/objets en mouvement (soit en fixant une vitesse très rapide pour fixer le mouvement, soit en fixant une vitesse plus lente pour obtenir un effet de filé)

    • Quand vous faites des photos de nuit, dans une ambiance sombre afin d’assurer une vitesse minimale pour ne pas avoir de flou







  • Mode M :


    • Quand vous avez le temps pour faire des essais

    • Quand les conditions de lumière sont très trompeuses pour l’appareil

    • En photo studio avec flash









Dans tous les cas, au final, tout cela ne sert qu’à fixer 2 paramètres.     

 

La suite
 



  • Difficile de parler d’exposition sans parler de l’histogramme d’une photo. Mais ceci fera l’objet d’un autre tuto.


  • Les paramètres d’ouverture, de vitesse et de sensibilité jouent sur l’exposition comme nous l’avons vu mais également sur d’autres aspects de la photo (comme la profondeur de champ…  à voir dans d’autres tutos)




 

 
 -----------------

 

 

Note 1 : Les différents modes/zones de mesure de l’exposition

Il existe généralement trois modes pour calculer l’exposition :



  • Mesure matricielle.


    • L’appareil va calculer la moyenne de la luminosité en prenant la lumière sur X zones (X variant selon les marques et les modèles)

    • Et selon les marques/modèles, il peut y avoir des calculs plus moins sophistiqués.

    • L’idée principale est que toute la zone de la photo est traitée de la même façon

    • Par contre, sur une photo très contrastée (des zones très sombres et d’autres zones très lumineuses), vous ne savez pas vraiment ce que va privilégier votre appareil…





  • Mesure pondérée centrale.


    • L’appareil va également calculer une moyenne sur la totalité de la photo mais en donnant un poids plus important au centre de la photo.





  • Mesure spot.


    • L’appareil utilise uniquement un petit rond central. Ainsi ce n’est pas une moyenne qui est utilisée mais vraiment une petite zone spécifique.

    • Cette zone sera donc « bien » exposée (sur la base d’un gris 18%), par contre si ce point n’est pas représentatif du reste de la photo, le reste ne sera pas bien exposé.


avatar
AlphapixJC
Admin

Boitier : : Sony alpha 57
Objectifs et accessoires : 18/200 tamron+50mm f18+trépied+filtres

https://www.flickr.com/photos/130552729@N05/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum